Illustration-réflexion-opportunité-mission

Indemnités de Fin de Carrière :
une opportunité de mission
pour le cabinet comptable

Un enjeu financier parfois mal apprécié par l'entreprise

Le départ à la retraite est un enjeu parfois mal apprécié par les entreprises malgré l'impact financier qu'il peut provoquer dans leur trésorerie.

700 000 nouveaux retraités chaque année jusqu'en 2035

Projection-fictive-IFC
Clean & Elegant
Fully Responsive

Saviez-vous qu'environ 700 000 personnes partent à la retraite chaque année en France et cela jusqu'en 2035. L'âge effectif moyen de départ est de 62,5 ans pour le secteur privé, en augmentation constante depuis 2010 (source: COR - 2019). Le départ volontaire ou la mise en retraite d'un salarié a une conséquence légale concrète pour l'entreprise: le versement obligatoire des indemnités de fin de carrière (IFC) des salariés concernés dont l'entreprise n'a pas forcément anticipé l'impact financier.
Cet engagement social lié aux IFC n’est pas anodin car il peut parfois représenter jusqu'à 15% de la masse salariale de l’entreprise selon le nombre de salariés concernés, leur âge et leur niveau d’ancienneté.

Comment accompagner vos clients ?

Des calculs et simulations complexes à réaliser sans logiciel spécialisé

Calcul-mathématique-complexe-IFC

Déterminer précisément le montant du passif social est bien entendu une donnée essentielle à faire apparaître en annexe du bilan, surtout pour ce qui concerne le calcul des IFC qui constituent sa plus grande part. Les calculs doivent respecter la norme IAS19 en matière d'évaluation et de comptabilisation des engagements sociaux de l'entreprise.
Les calculs sont complexes puisqu'ils tiennent compte notamment :

  • des dispositions particulières des conventions collectives et accords de branche (étendus et non-étendus)
  • de l'âge et de l'ancienneté de chaque salarié dans l'entreprise
  • du type départ à la retraite (départ volontaire ou mise à la retraite par l'employeur)

mais également des hypothèses actuarielles telles que :

  • la projection d'évolution des salaires dans l'entreprise (individuelle, par catégorie de salarié...)
  • le taux de turnover moyen des effectifs de l'entreprise (par tranche d'âge, catégorie de salarié)
  • La probabilité statistique de mortalité (tables de mortalité INSEE ou tables spécifiques générationnelles ou sectorielles)
  • Le taux d'actualisation financière

Il est donc logique pour le cabinet comptable d'opter pour une solution logicielle spécialisée qui lui permettra d'effectuer précisément tous les calculs et toutes les simulations requises dans la juste évaluation du passif social de ses clients.

Illustration avec 3 exemples types de calcul IFC

 

Découvrir notre solution PID

Accompagner vos clients pour anticiper l'impact des IFC

Anticiper_IFC
Clean & Elegant
Fully Responsive

De nombreuses TPE et PME font appel à des cabinets d'Expertise Comptable pour obtenir un coaching d'expert afin d'optimiser l'efficacité sociale de leur entreprise.

L'obligation légale d'évaluation du passif social de l'entreprise est alors une excellente opportunité pour votre cabinet d'accompagner le dirigeant sur des missions de conseil social complémentaires à forte valeur ajoutée.